numéro 9: Janvier et la vie repart janvier 2016

Janvier: la chance  d'une  nouvelle donne

 

Janvier 1

Avec janvier, l'année  recommence, laissant croire à tous, à une remise à zéro de tous les compteurs et la perspective d'une redistribution des  donnes. De tout temps ce mois est  considéré par les hommes à la fois comme l'aboutissement d'une épreuve de vie  et le point de départ d'une seconde  chance.

Le mois de  janvier est le premier mois dans le calendrier grégorien et julien. Son nom vient  du latin januarius en l'honneur du dieu roamin  des portes: Janus, le dieu à double visage, protégeant les commencements et les passages. Dans la mythologie romaine, il était représenté avec deux  visages opposés, regardant l'entrée et la sortie, la fin et le début  d'une année.

 

 

 

"Un mois de janvier sans gelée, n'amène pas une bonne année."
 

 

" Un mois de janvier sans gelée, n'amène pas une bonne année."

Les proverbes  sont  nombreux  au  sujet de   ce mois de  janvier, parfois dénoncés par une  réalité  toute autre,   mais  souvent redoutés quand l'actualité illustre le dicton. Même  si nous  avons souvent  tendance à dénoncer  ces  dictons, nous en redoutons la véracité, bien conscients qu'ils émergent de l'expérience de  nos  Anciens.

Le mois de  décembre    et la première quinzaine de  janvier  ont été humides  et doux favorisant le  réveil prématuré  d'une  nature à peine  endormie. Les talus  des  chemins   reverdissent, les arbres  fruitiers sortent leurs  bourgeons, les amandiers s'ornent de leurs  fleurs d'un blanc rosé, symbole  d'amour  et de virginité, les iris même, s'éclossent dans les massifs.

Le refroidissement  enregistré depuis  quelques  jours nous laisse  espérer , en fin, l'arrivée  prochaine  de l'hiver. Cette  tendance, si elle se  confirme, nous permettra de fustiger après  l'avoir  craint l'adague  de nos  aïeuls:

"Si janvier ne prend son manteau, malheur aux arbres, aux moissons, aux coteaux."

Telle une rituelle mise  en scène

Tels des rituels, nous  sommes amenés  chaque  début  d'année à nous  plier à des comportements  incontournables dictés par l'angoisse  lièe à notre  nature humaine  et par les règles  de  bienséance en société.

Ces rituels ont évidemment un rôle structurant pour chacun d’entre nous : ils nous permettent d’avancer dans la vie, de  nous  sécuriser, de dépasser les traumatismes, les douleurs.

Notre vie en société nous impose également  un minimum de rituels qui ont, eux, une fonction de cohésion  par rapport au groupe bien plus importante  que le simple fait de  se  souhaiter une  bonne  année. Ces rituels  de  début d'année renforcent le  sentiment d'appartenance, de communion, de partage  d'un nombre  de valeur avec le  groupe.


 

Les voeux  du conseil municipal

conseil municipal

Comme un rituel  qui  nous  est nécessaire...

Traditionnel  temps fort, en ce début janvier, qui suscite toujours autant d’engouement au sein de la communauté codolétienne, malgré  quelques changements dans la mise  en scène  de  ce rendez-vous  annuel.

Les codolétiens étaient présents, ce  vendredi 15 janvier, malgré l'heure  inhabituelle et le froid pour cette  cérémonie, montrant ainsi leur attachement profond  à l'essence même qui  la meut plus  qu'à ses détails  d'organisation.

Le premier magistrat ne put ouvrir cette soirée sans faire état, en toute priorité et en toute solennité, des évènements tragiques survenus dans notre pays durant l'année 2015. Il fut volontairement concis sur le sujet laissant à chacun le soin de conduire son analyse sur la situation et de choisir les formes de réponse à apporter.

Monsieur le Maire, fit d'abord  l'inventaire des réalisations éffectuées  durant l'année 2015, soulignant ses remerciements à Monsieur Serge Boissin pour  son aide  apportée à la réalisation de la digue rapprochée.

Il énuméra les projets à venir, notamment la réfection de l'ancienne mairie pour en  faire 2 appartements  destinés à des familles  avec  enfants  dans un soucis de préservation de notre  école.

Il esquissa  le projet de la création  d'une maison médicale envisageant dans un premier temps  la permanence  d'un médecin, d'une infirmière et par la suite  d'autres  acteurs de santé. Il souligna les  difficultés  rencontrées  dans  ce  domaine face  aux  différents  ordres professionnels ( des medecins, l'ordre infirmier...)

Les associations et leurs membres, le personnel communal et l’ensemble des élus, outre les vœux qui leur furent adressés, se virent remercier pour leur engagement, leur dévouement et leur soutien.

En fin d'intervention, il réitera  ses  voeux  à la population lui recommandant d'un ton grave  et solennel,  la solidarité, la vigilance dans  ces moments d'insécurité  nationale.

Apéritif et amuses bouches vinrent clore et agrémenter cette cérémonie. Bonne place étant faite, alors, aux échanges de vœux des participants. L’art du bien vivre ensemble n’est pas un vain mot à Codolet!

.............................................

Galette  des rois

 

 

La galette  du CCAS

Comme  chaque  année ( encore un rituel!), le CCAS invite les personnes  âgées de plus de 60 ans  à une matinée récréative pour  "tirer" les  rois  et les reines  du village. Après  s'être déjà retrouver courant  septembre  lors  du voyage organisé également par le  CCAS, ils  étaient nombreux et heureux  de  se retrouver, ce  samedi 16 janvier, après  les disparitions ces temps  derniers  de deux codolétiens, Mme  Gallisa et M. Pépin. L'occasion était bonne de  se  retrouver, de partager , de  se  sentir  épauler et moins seul face  aux  désagréments de l'avancement de l'âge.

En dehors de ce moment de compassion mutuelle, humainement compréhensible, l'heure  était à la  joie, au plaisir  de déguster une  bonne part de gallette  à la  frangipane ou de pogne accompagnée  d'une flûte de  champagne.

La  galette  des  boulistes

ASCBM Codolet Pétanque organise  également sa galette des rois  le 30 janvier à la salle polyvalente.

Assemblée  générale   des "Amis  du Rhône"

Le samedi 23 janvier, l'association "les Amis du Rhône" conviait ses adhérents et  ceux  qui  voulaient les rejoindre (à partir de 55 ans) à son assemblée générale, à 15 heures  au foyer communal (face  église). Cette  assemblée était attendue  par les adhérents et suscitait pas mal d’interrogations  quant à la pérennité  du club  après  le  décès de  son président, Michel Machnicki et les bruits  de nombreux départs  du bureau.

le bureau

La  salle  du foyer  suffisait à  accueillir  la quarantaine adhérents venus à cette assemblée  comme  à un rituel annuel  qui ouvre à une  nouvelle  année du  club.

En l’absence  du défunt président, Michel Machnicki  et  du  trésorier Hubert Brahin, sujet à des problèmes de  santé, c’est Jean Louis Lozano, trésorier adjoint qui présida la  séance.

Avant  d’aborder l’ordre du jour, le président de la séance rappela les noms  des 4 codolétiens  nous ayant  quitté  en 2015 et pria  la  salle à respecter une minute de silence  en leur honneur.

L'ordre du jour  aborda le  compte-rendu moral et financier annuel mettant en évidence  une bonne situation financière  du club. En prévision  du renouvellement du bureau, le président de  séance annonça la sortie de plusieurs membres  du  staff en plus  du remplacement du défunt  président.

Les membres  sortants définitivement  sont Micheline Berthon, Rozy Balme, Hubert Brahin, Jean-Louis  et Cathy Lozano. Josy Tavan etjean-Pierre Balme, démissionnaires  dans un premier temps restent dans le staff pour permettre  la constitution d'un nouveau bureau.

Après  quelques minutes  d'interrogation, de conciliabules, Sylvie Machnicki, Gérard Cauquil et une 3 ème personne disaient être prêts à rejoindre le staff.

Celui-ci va se  réunir prochainement en vue  de créer un nouveau bureau. Ce dernier informera les adhérents  des modalités  d'inscription et de réglement de la cotisation. L'avenir  du club  semble  être assuré...

La conclusion de cette  assemblée se fît  très convivialement  par le partage  de la galette  des rois  et le verre  de l'amitié.

assemblée attentive

Une  belle leçon de  nos anciens

quelles sont les nouvelles..

Plusieurs fois  dans l'année, Gérard Bergeon, 87 ans, rend  visite à un de ses anciens copains  du village, Georges Pical, 81 ans. C'est l'occasion pour ces deux codolétiens de souche de récréer, l'espace de  leur rencontre, le Codolet  de leur enfance.  Les années  écoulées n'ont  pas du tout altéré les  souvenirs  de ces  deux  hommes. Certes les problèmes d'élocution de l'un  et la surdité de l'autre  ne  rendent pas la conversation aisée,  lui donnant  parfois  un air tendrement pittoresque. Mais c'est l'occasion pour ces compères de  se remèmorer quelques bons moments de leur jeunesse.Mais   ils   n' oublient   jamais   de       

s'enquérir l'un et l'autre  de  nouvelles des autres  anciens  codolétiens et des événements  du village. "Mis au banc" de la société  codolétienne par l'âge  et le handicap, ils  ne  restent pas  moins  vigilants, attentifs  pour ce  village  qui les a vu naître et qui leur très cher. A les regarder, ainsi,  se raconter les  histoires de leur jeunesse, on ne peut pas être  insensible à cette  expression de l'amitié   qui avec l'âge avancé  prend l'aspect d'une compassion et d'une aide réciproques. En celà , nos  deux  anciens nous donnent une leçon de sagesse.    

Pour fêter les 81 ans de Georges, remémorons nous notre entrevue de décembre 2013

Georges pical

N'est ce pas à l'occasion de Noël , fête symbolique des retrouvailles familiales et amicales, le moment idéal pour souhaiter à la fois un bon anniversaire à Georges Pical et, avec une attention toute particulière, de se pencher quelques instants avec lui sur un passé qui lui a valu le surnom de Mister 1000 volts. Georges, souriant dans son fauteuil, n'a rien perdu des souvenirs de sa vie tumultueuse, engagée pour le village, ses habitants. Malgré les séquelles de sa maladie, il reste un homme digne et sensible, l'émotion troublant, parfois, ses propos de philanthrope , témoin d'un engagement altruiste au profit de ses concitoyens. A l'heure ou les guirlandes scintillent dans les sapins, les yeux de Georges eux aussi brillent de milles éclats, illuminés de larmes de nostalgie et de bonheur d'un passé qu' il nous fait découvrir, tel un ouvrage d'histoire feuilleté en ma compagnie ... Ouvrons avec lui le livre de sa vie intimement liée à celle du village. Mireille, son épouse est là près de lui pour l'aider, le cas échéant, à tourner les pages.
Georges est né le 14 décembre 1934 à Codolet «dans la grosse maison en prolongement de la sacristie» d'une famille d'agriculteur. Élève studieux, très travailleur, il fréquente l'école communale dirigée par sa tante Marinette où il acquit le certificat de fin d'études, puis le collège de Bagnols où il obtint le brevet. Malade en seconde , il est contraint de redoubler. Mais cette perspective ne lui convient pas, la vivant comme un échec qu'il ne voulait pas s'autoriser. Il décide alors d'abandonner les études et revient dans la ferme parentale pour aider son père. Il se retrouve alors à 14 ans à « tenir la charrue... et mon père tenait le cheval », apprentissage préalable à la reprise de la ferme familiale transmise de son grand-père à son père. Au fur et à mesure des années, Georges recentra l'activité du domaine essentiellement sur la vigne, abandonnant l'arboriculture ( poiriers, pommiers et cerisiers).

Au cours de l'année 63, « j'ai suivi l'équipe du ballon de Codolet ...et à la demande du défunt président, Monsieur Gallisa, je prenais des photos et faisais le compte-rendu des matchs ». Cette première expérience lui donna l'envie de mettre en valeur la vie de son village, au delà du football. Il devint alors correspondant midi-libre,succédant à Madame Ode, activité qu'il va poursuivre pendant 44 ans mémorisant l'histoire du village.« j'en ai fait des mariages, baptêmes, des décès...j'ai fait celui général Bouillard, alors maire de Codolet,...j'ai fait aussi la réception du ministre de la ville Gilbert Baumet pour le centenaire du pont de la Cèze ». Il a du interrompre, à regret, cette activité en 2007 à cause des conséquences handicapantes d'un AVC subi en septembre 2002 .« j'aimais ça... » poursuit-il la voix tremblante.
Cette volonté d'être témoin de la vie du village lui a donné l'envie d'en être aussi acteur. De façon concomitante, Georges exerça 3 mandats consécutifs de conseiller municipal, tout en étant secrétaire local de l'assurance agricole présidée par le défunt Denis Heraud, de la mutualité agricole, de la mutuelle des mutuelles de l'Ardoise et également délégué au syndicat du Côte du Rhône à Avignon. Le planning de Georges était bien rempli « ça me plaisait » ajout-il tout naturellement.

En 1966, en prenant Mireille pour épouse, Georges ne changea rien à sa vie trépidante ce qui lui valut le surnom de Mister 1000 volts. « il était toujours par monts et par vaux » s'exclama t-elle sans reproche. Malgré cette suractivité, il trouvait le temps de fréquenter avec Mireille la chorale de la paroisse puis à l'initiative de Reine Ugo et sous la direction de Robert Dupoux, ils participèrent tous deux à une comédie musicale dont la seule vue des photographies lui provoqua un accès de sensibilité illustré par des larmes de joie et des propos saccadés « 600 spectateurs,....ils ont embrasé le clocher... c'était magnifique...».Cette émotion est comme un flash qui illumine son visage, le replongeant pour un instant dans l'ambiance d'un passé qu'il nous fait partager.« Qu'ils sont exquis les souvenirs des anciens printemps ! » comme dit Guy de Maupassant et encore plus, lorsque nous y sommes aussi naturellement associés.

Le  village  va enfin surfer  sur la vague  du net

Reunion fibre 1

Ce mardi 26  janvier à  18h30, à la salle polyvalente, les codolétiens  étaient invités  par la municipalité  à une  réunion d'information  sur l'augmentation de débit internet intéressant le  village. La bonne  soixantaine de personnes  présente,  montre bien  l'intérêt porté par les codolétiens à ce nouveau moyen de communication. Ils  étaient  surtout là, curieux, de découvrir des nouvelles possibilités envisageables après les travaux sur notre réseau, ayant connaissance de celles que  nos  voisins  chusclanais bénéficient depuis décembre. Ce projet initié et entamé par l'équipe de Serge  Boissin était attendu  par  les adeptes  du net mais aussi par  tous  les  foyers voulant bénéficier du tri play ( internet, téléphonie  et télévision). Le débit, actuel, parfois  limite ne permet  pas toujours de bénéficier de la télévision par internet. En dehors  de  ces préoccupations, toutes  légitimes, l'internet  est, avant tout, un moyen d'accéder à l'information, au savoir, de travailler à domicile, se révélant ainsi tout simplement  comme  un droit pour tous.   Nous  ne pouvons que louer, alors, l'équipe municipale,  actuelle, d'avoir mené à bien ce  projet qui place notre  village dans une dynamique  constructive et qui le dresse en phase avec son époque .

En première partie de cette réunion, le maître d'oeuvre des travaux effectués expliqua le principe  de l'ancien réseau internet partant du terminal d'Orsan par un câble cuivre téléphonique et qui relie chaque maison du village. Le  signal internet perd, alors, de l'intensité tout au long  du trajet justifiant  le  débit  actuel de 2 mégabits  en moyenne dans le village, avec  toutefois  des disparités  liées à l'éloignement plus ou moins important par rapport au terminal .  

La  solution  retenue pour "raccourcir " le  trajet entre le terminal d'Orsan et Codolet a été  de  mettre  en parallèle  au fils de  cuivre  existant , une fibre de  verre. Celle -ci, réservée à l'internet, n'a aucune  déperdition. Elle aboutit  à une  armoire de répartition appellée,  noeud de raccordement,  (NRA)  située  au centre du village d'oû repartiront les  signaux internet sur des fils de cuivre jusqu'aux maisons. Ces  derniers remplacés  après les innondations présentent très peu de déperdition. Il n'y aura donc  pas d'intervention aux domiciles.

L'augmentation du débit va être très  surprenante  passant de 2 mégabits à 30 voir 45 ( certains  chusclanais arrivent  à avoir  jusque 80 mégabits). Le technicien nous  explique  alors  que  nous  allons évoluer de l'ADSL (ou Asynchronous Digital Subscriber Line) à une  autre technologie  appellée VDSL(Very High Bitrate Digital Subscriber Line). Mais la ligne de cuivre à laquelle est raccordé le logement de l'internaute à partir  du NRA ne doit pas dépasser une longueur d'un kilomètre. Dans le cas contraire, la vitesse de connexion sera équivalente à celle de l'ADSL 2+. Cette hypoyhèse est peu probable à Codolet.

Les fournisseurs d'accès internet terminent actuellement l'installation de leur répertiteur dans le NRA. Dès  cette phase  d'installation terminée, la mairie informera les codolétiens  pour  qu'ils puissent  intervenir  auprès de leur  fournisseur d'accès  pour  bénéficier de l'augmentation de  débit. Celui-ci  se fera    sans augmentation

de l'abonnement.

.....................................


 

 

Déjà le printemps?

 

 

 

il faisait  bon se  ballader autour du lac

Ballade  en famille par un bel après-midi...d'hiver

Hier  et  ce jour, tout nous laissait penser à l'arrivée un peu précoce, certes,  du printemps. Le soleil si  absent depuis début  décembre semblait vouloir  se  faire pardonner, le thermomètre fleurtait avec les 20°. Ca  sentait bon le printemps, l'envie de  bricoller dans le jardin, de se promener sur la  nouvelle digue  ou  autour du lac. Profitons de  ces moments sans penser qu'il faille en payer le prix secondairement...

18 votes. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Date de dernière mise à jour : 30/03/2016

×