Numéro 40: août 2018

Août, le mois de la veraison

Le cycle végétatif de la vigne est caractérisé par plusieurs stades. Après plusieurs mois de repos (de décembre à fin février début mars), " la vigne se réveille avec des exsudations au niveau des plaies de la taille : ce sont les pleurs " . 

Vers le début du mois d’avril, les écailles protectrices qui recouvrent le bourgeon s’écartent, laissant apparaître la bourre: c’est le débourrement.

Après l’apparition des premières feuilles et des premières grappes vient la floraison (au mois de juin). Cette étape est très importante dans le cycle reproducteur du raisin.
Les conditions météorologiques sont alors déterminantes. Dans l’absolu, les températures doivent être comprises entre 20 et 25 ° C, et les précipitations être quasi inexistantes.

Lorsque les ovules sont fécondés, les fruits se développent : c’est la phase de la nouaison. Les baies grossissent tout en restant vertes.

A partir de la mi-juillet, les raisins changent de couleur, c’est la véraison. Pendant cette phase, la couleur s’affirme et la quantité d’acide diminue fortement, tandis que celle de sucre augmente rapidement. De plus, de nouveaux composés phénoliques s’élaborent, en particuliers les tanins, les matières colorantes et aromatiques.

 

 

Les dangers de la canicule pour les Aînés 

Les personnes âgées souffrent plus que les autres de la chaleur excessive. Cette vulnérabilité a été particulièrement mise en exergue lors de la canicule de l’été 2003 ( plus de 15000 décès). Depuis cet épisode tragique, des dispositifs ont été mis en place pour protéger les aînés des risques climatiques, à domicile comme en établissement.

Dans le cadre du plan vermeil* inhérrant au déclenchement du plan canicule, la mairie a mis à disposition des personnes âgées  le foyer communal climatisé de 14h à 18h pour  se rafraichir. Initiative qui aurait pu être prise plutôt dans le courant du mois de juillet au regard des températures estivales déjà élevées.

Le principe même de cette initiative est louable et justifiée, mais celle-ci aurait pu  être prise bien avant l'injonction administrative  et surtout elle pourrait être complétée  par un volet de démarche plus solidaire. En effet, l’isolement des personnes âgées ou handicapées est un facteur aggravant en période de canicule. C’est pourquoi il faudra penser à aider les personnes dépendantes en prenant régulièrement de leurs nouvelles, et cela même en l’absence d’une demande de leur part, leur rendre régulièrement visite, les inciter à se prémunir des conséquences de la chaleur ( boissons, courant d’air, habillement léger…). Penser également à organiser le  transfert des personnes invalides vers le lieu de rafraichissement.

Dans ces moments difficiles, la solidarité de la communauté  ne doit pas se limiter à une réponse matérielle mais se vouloir plus humaine. Certes les personnes âgées ont besoin de fraicheur  mais ils ont besoin avant tout de chaleur humaine.

 

*Plan Vermeil – Protection accrue des publics fragiles. À domicile, il repose sur le recensement des personnes âgées ou handicapées en situation d’isolement.

 

 

Vol  de cignognes sur la rue du pont 

Ce vendredi 3 aout, à 19h30, un vol d'une vingtaine de cigognes s'est abattu sur les toits  du 10 et 12 rue du pont mettant à dure épreuve les antennes de télévision. Spectacle inattendu , impressionnant qui nous laisse admiratif devant cette prestation de mère nature. Seules six cigognes se sont attardées au sommet du chateau d'eau.

 

Sam 3301 3

 

 

 

Notre digue "Serge Boissin", trois ans déjà ! 

 

Sam 1403 copie copie

Serge Boissin, maire de Codolet du 8 Mai 1993 au 4 avril 2014.
Perséverance et l'abnégation d'un homme au service des autres. 

Le 12 septembre 2015, nous, Codolétiens étions très nombreux présents à l'inauguration de la digue rapprochée, pour témoigner à son réalisateur, Serge Boissin, toute notre reconnaissance pour son abnégation et son obstination face aux détracteurs et face à la lourdeur administrative. 

 

De l’espoir d’hier  à la réalité d’aujourd’hui et de demain

Après les inondations consécutives de septembre 2002 et décembre 2003, le maire  Serge Boissin, se lance  dès 2004 dans une réflexion de construction d’une digue rapprochée  du village. Ce projet ambitieux, gigantesque est  plébiscité par les Codolétiens  lors de l'élection de 2008. Fort de cet encouragement, il se lance, seul face aux détracteurs, à la lourdeur administrative,  dans ce  qu'il va être pour lui un combat de  chaque jour, de chaque nuit. Sans  se décourager, encouragé par son épouse Danielle, il a fait  et refait les dossiers, riche de  ses convictions et  du bien-fondé de son projet. Miné par les langueurs administratives, il a toujours cru en son projet. Celui-ci est une réalité de nos jours et nous, Codolétiens, savons à qui nous le devons et surtout ce qu'il représente vraiment : la sécurité du village et l'espoir pour lui d'un nouvel avenir.


Aujourd'hui

Aujourd’hui, l’ouvrage  est terminé, le village vit dans la quiétude derrière cette ceinture sécuritaire. Dès la fin de sa construction, la commune a pris en charge la surveillance de la stabilité de l’édifice par des mesures régulières, vérification de la fonctionnalité des portes. L’entretien des espaces verts et de la végétation était assuré dans les premiers temps par une entreprise privée puis pris en charge par la commune.

 

Faisons ensemble le tour de notre digue

 

Aujourd'hui, le fauchage est assuré par la commune et on remarque bien l'effort effectué pour maintenir l'herbe rase  et permettre, ainsi, aux codolétiens de s'y promener. L'effort souligné frôle le zèle, car à vouloir faucher trop ras, on a coupé pas mal de tuyau d'arrosage et  la végétation ( arbustes, arbres) malheureusement se meurt!

Louvrage bêton se porte bien. On peut toutefois déceler sur toute la longueur de la digue une multitude de microfissures souvent imprégnées de salpêtre. Ces dernières, bien que courant parfois sur toute la hauteur sont superficielles et d’un écartement inférieur à l’épaisseur d’un ongle. Aux dires d’expert, elles ne sont pas alarmantes et sont le témoin du séchage  du béton, mais doivent être toutefois contrôlées régulièrement.​

Cet ouvrage porte par endroit des tâches de rouille qui témoignent d'une oxydation du ferraillage du béton. Ce constat, à quelques endroits seulement, est à prendre avec plus de considération car nécessite un traitement curatif pour arrêter ce phénomène pernicieux.

Quelques joints d’étanchéité font bourrelet, témoignant ainsi leur efficacité aux différents mouvements de l’édifice. Toutefois ces bourrelets ont tendance à l’air libre à se sécher et risquent à terme de se couper imposant alors leur remplacement.

Présence d’un impact sur la digue sud  derrière  le groupe scolaire qui pose le problème de son origine : choc ?

Le fossé de colature, mal endémique, qui a débuté dès février 2016 et pour lequel malheureusement la municipalité n'applique qu'un traitement sympthomatique. Certes le rôle de ce fossé  destiné à évacuer l'eau lors de la décrue est  moins important que la partie béton mais il fait partie intégrante  de l'édifice et à ce titre doit lui aussi rester fonctionnel. 

 

Demain commence aujourd’hui

 

Demain commençait dès le 1er janvier 2018 avec l’application de la GEMAPI (gestion des eaux, des milieux aquatiques et prévention des inondations). Les principes de cette loi  sont de confier la responsabilité aux EPCI (établissements publics de coopération intercommunale : communautés d’agglomération, communautés urbaines …) de l’aménagement des bassins, des canaux, cours d’eau, lacs et plans d’eau, ainsi que la gestion des digues et la protection des écosystèmes aquatiques et des zones humides.

Félicitons nous que cette compétence revienne à notre commune pour les raisons invoquées par Monsieur le maire dans les Galets  du Rhône(n°41).

L’obtention de cette compétence est loin d’être, toutefois, une « victoire à la Pyrrhus » mais tout simplement le résultat d’un accord qui contentait les deux parties : l’agglo peu entrain à assumer cette mission et notre commune désireuse d’en assumer l’exercice (bien compréhensible)  et les responsabilités inhérentes.

Cette compétence comprend l’entretien, la surveillance, les réparations et la mise en conformité des ouvrages de protection contre les inondations, appelés systèmes d’endiguement, afin d’assurer la sécurité des biens et des personnes. Nous  sommes en droit, en tant que contribuables, de nous demander si le coût de cet exercice sera à la charge entière de notre commune et si il entraînera, éventuellement, une diminution de l'aquataxe* pour les codolétiens.

Autant de questions qui demandent réponse pour des Codolétiens  qui ont conscience de leur chance de posséder un tel ouvrage de protection contre les inondations. Ils l’ont souhaité, l’ont plébiscité en tant que projet et  soutenu l’action du maire dans son entreprise. Cette digue  est certes  l’œuvre d’un Homme unique, Serge Boissin, mais était également un souhait collectif. A ce jour, alors qu’elle est réalisée, se soucier de son état est une façon responsable de se l’approprier, d’en prendre soins pour assurer sa pérennité  sans pour cela vouloir en revendiquer la paternité.

 

*Pour financer la Gemapi, la loi Maptam (modernisation de l'action publique territoriale et d'affirmation des métropolesprécitée) a créé une taxe additionnelle facultative dite "taxe Gemapi" ou "aquataxe"

 

En route pour la saison 3...

 

 

Octobre 2016


Img031

Souvenez-vous de ce panneau d’information qui date- et oui-  déjà d’octobre 2016 et qui révélait au plein jour, alors,  à tous les Codolétiens l’échec cuisant de notre maire dans sa démarche engagée dès l’automne précédent d’acquisition du chemin des Piboulières par la commune.

 

 

 

Permanences médicales  sur la commune 

 Maison des  associations: 

               •Dr Triola-Jardy, médecin généraliste. Permanence le jeudi sur rendez-vous de   9h30 à 12h. Tel: 04.66.89.29.33

           •Mme Michèle Pelletier, infirmière D.E.. Sur rendez-vous ou à domicile du lundi au  vendredi. Tel: 06.19.38.17.03

 A domicile:

        •M. Léon Ionut, masseur kinésithérapeute D.E.. Soins à domicile. Kinésithérapie fonctionnelle  et respiratoire. Tel: 06.26.07.75.14 

           •Mme Michèle Pelletier, infirmière D.E.. Sur rendez-vous ou à domicile du lundi au  vendredi. Tel: 06.19.38.17.03

 

 

 

 

 

Secrets du jardinier amateur  

https://www.jardinier-amateur.fr/jardiner-avec-la-lune.html

 

 

La vie de  lou Coudoulet

 

Lou coudoulet dernieres nouvelles copie copie 3

Aujourd'hui

7 visiteurs - 10 pages vues

Total

8947 visiteurs - 30821 pages vues

Vous êtes le 8946ème visiteur

Info codolet

Info. mairie Codolet

Horaires d'ouverture de la mairie:

- du lundi au mercredi de 8h30 à 12h - 13h30 à 17h30

- jeudi: 8h30 à 12h00 - 13h30  à 19h00

- vendredi: 8h30 à 12h00 - 13h30 à 17h30

 

Site officiel de Codolet:


http://www.codolet.fr/

Info.bibliothèque Codolet

 

Fermée tout le mois d'aout

Codolet

Ciel dégagé 22 °C

Ciel dégagé

  • Min: 20 °C
  • Max: 23 °C
  • Vent: 40 kmh 350°

Logo agglo gard rhodanien hd 2137Site de la communauté d'agglomération du Gard rhodanien
 

http://www.gardrhodanien.com/

Résultat de recherche d'images pour "fete du jour"

http://fetedujour.fr/

 

 

 

 

 

Services de l'Etat enSite de la préfecture du Gard

 

 

http://www.gard.gouv.fr/

 

10 votes. Moyenne 5.00 sur 5.

Commentaires (2)

codoletien
Qui pourrait s’offusquer de l’intention d’embellir l’entrée nord de notre village ? Loin de moi l’idée de condamner cette prétention, tout à fait louable à mes yeux. Certes, des trottoirs à cet endroit ne sont, à priori, pas destinés en premier lieux aux piétons, il est vrai peu nombreux à cet endroit, mais ont vocation à dégager, embellir, assainir l’entrée de notre village. On peut toutefois regretter le bétonnage tout azimut, sans végétation et fleurissement qui redonneraient par le chatoiement de leurs ports plus de chaleur, de couleurs, de vie. On peut regretter également le contraste entre la rigueur du dessin des trottoirs et l’impression de vacuité du parking face à la salle polyvalente grossièrement délimité par des rochers.
En dehors de toutes ces considérations purement esthétiques, le montant de ces travaux n’auraient-il pas été mieux utilisé pour permettre à tous les Codolétiens d’accéder à des besoins primaires : au réseau d’assainissement et d’eau potable, base du bon état sanitaire d’un pays développé !
Pour toutes les incivilités que vous relatez, la municipalité a essayé de les combattre en empêchant leurs pratiques : béton place Pagnol pour éviter les défécations canines - le problème se déplace du côté de la rue du pont ; barrières rue de la Magnanerie pour s’opposer au stationnement sur le trottoir – les véhicules se garent soit sur la route ou sur les bateaux…
Quant à l’insalubrité de nos ruelles liées aux déjections des animaux, le défaut de civisme doit être palier par les services techniques au préalable et sanctionner, secondairement par la municipalité.
Marianne
  • 2. Marianne | 04/08/2018
Avez vous vu,monsieur Lou Coudoulet, les magnifiques trottoirs qui partent de la sortie du village jusqu'au château d'eau ,n'est-ce pas un peu beaucoup présomptueux? Je n'ai jamais vu de piétons à ces endroits mais peut être est-ce prévu pour le stationnement des voitures comme dans le village ,car à Codolet on aime les trottoirs pour y laisser son véhicule, ses crottes de son animal domestique ...Quand pensez-vous ?

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Date de dernière mise à jour : 01/09/2018

×