numéro 10: patrimoine transgénérationnel février 2016

Histoire d'une croix de chemin

Il était une  fois...

la croix  du  chemin de la Lauze qui bornait le chemin longeant l'ancienne  digue en terre menant des pilboulières à l'entrée ouest du village. Comme un garde discret , celle-ci trônait, majestueusement,  du haut de son socle de pierre, élançant, telle une épée,  sa croix  d'acier vers le ciel. Nous passions devant sans  la voir, sans la regarder comme un décor banal de notre quotidien. Nous  savions pourtant qu'elle  était là  et pensions qu'elle y  serait toujours à veiller sur nous. Nous ne prenions pas le temps de regarder la patine de son  socle à la recherche  d'un témoignage  du passé et aujourd'hui alors qu'elle n'est plus là, tel un être  cher, notre imagination l'embellit à l'extrême, nous faisant regretter notre indifférence à son égard.

L'agitation des travaux  de la nouvelle digue, l'euphorie de sa réalisation et de  son inauguration nous ont rendu  aveugle à sa disparition. Le croissement qu'elle  indiquait semble  bien vide, désertique. Protection spirituelle pour certains, chef d'oeuvre de notre petit  patrimoine culturel local pour d'autres, cette absente est regrettée...

Comme  dans toute  belle histoire, la fin est  heureuse. Notre cher concitoyen Jean-Louis Lozano, adjoint au maire, découvrit la disparue, gisant sur un lit de gravats dans l'ignorance générale, surement déposée là après  son descellement. Cette chère disparue   se porte heureusement  bien . L'histoire nous  ayant dévoiler  l'intérêt que nous portons à cet élément de notre patrimoine local,   louons le projet de la municipalité  de la réimplanter afin qu'elle puisse  reprendre ses fonctions selon les raisons d'être de  chacun   et  qu'elle continue, au delà de notre génèration, à témoigner.

 

Symbolisme des croix  et calvaires dans le temps

La croix de chemins est un symbole religieux catholique très répandu du XVIème siècle à nos jours. Elles sont dues à la volonté publique des communautés ou celle privée des familles.

Les premières agrémentent les bourgs et les hameaux et symbolisent l’acte de foi de la communauté. On les rencontre souvent aux carrefours, elles guident le voyageur et le protègent de l’inconnu et des mauvaises rencontres. Elles sont parfois un lieu de pélerinage.

Toutes les croix ne sont pas dues à la volonté des communautés, nombreuses sont celles qui ont été érigées à la suite d’une initiative privée, souvent par une famille aisée qui voulait à la fois affirmer sa foi et protéger les siens. On peut distinguer ce type de croix des précédentes car on y gravait le nom de la famille commanditaire. Parfois, on y trouvait même un blason.

On distingue plusieurs sortes de croix de chemins à Codolet:

 

 

 

 

 

Les croix de carrefour, implantées à la croisée des chemins, guident le voyageur.

 

 

 

 

 

•Les « croix mémoriales » sont des témoins. C'est ainsi que le lieu d'une mort brutale, ou au contraire d'un coup de chance, fait l'objet d'une érection de croix

 

 

 

 

 

•les « croix de limites » servent de borne. Entrée et sortie des villages sont normalement pourvues d'une croix, mais toutes les limites, religieuses (par exemple les sauvetés au Moyen Âge) ou profanes, pouvaient être ainsi matérialisées. A Codolet, il reste le socle d'une ancienne croix  chemin des amandiers.

La croix de mission

Une croix de mission est un monument érigé en souvenir d'une mission (retraite spirituelle), après la tourmente de la révolution française,  pour restaurer la pratique religieuse. Codolet possède une croix de mission située place  de l'église près de la porte de la sacristie. Cette  croix trônait jadis  en face  du restaurant "chez Rosy". Elle a été  déplacée   lors de la réfection des  rues  et du rond point rue Frédéric Mistral.

Jadis toutes  ces  croix étaient  entretenues par une pratique  religieuse  plus  intense  qu'actuellement, et même dans les villages et hameaux isolés, ces stèles étaient fleuries d'un rameau de genêt, d'un bouquet de primevères par des  bergères allant aux champs ou par un passant. Cette pratique  pieuse était aussi codolétienne comme en témoignent les paroles  de Monsieur Bergeon Gérard (dans sa 88ème année) " à l'âge de 10 ans, lorsque j'étais enfant de coeur, nous nettoyions régulièrement ces croix mais surtout avant la fête des rogations ( lundi, mardi et mercredi  qui précédent l'ascension), trois jours consécutifs  oû nous allions  avec Monsieur le curé bénir les croix  du village". 

Ces pratiques et les bergères ont disparu de nos  jours, mais, certains villages, très attachés à leurs croix, s'engagent à les entretenir, assurant  au delà de l'esprit religieux, la pérennité de réalisations artistiques qui sont aujourd'hui une composante  de notre patrimoine artistique local. 

Loin est le temps de l'ancien régime, oû la destruction des  croix   était sévèrement punie  car elles constituaient le symbole de la  dévotion rendue  à Dieu. Toutefois, le 1er avril 1938, le conseil d'état a décidé par décret  qu'une  croix  fréquentée pour la procession de la Fête-Dieu était un lieu public  de culte, et à ce titre  devait être laissé à la disposition des fidèles et du clergé.  ASERU21 ( association de sauvegrde des édifices ruraux de Côte d'Or)

Une richesse patrimonale  locale

Toutes ces  croix ont traversé le temps avec une symbolisation  différente  selon les  époques.   Elles  sont aujourd'hui un trait d'union entre le passé  et notre époque, un témoin  que  nous  devons transmettre aux générations futures. Quelques  soit le regard  que nous portons sur ces  oeuvres, elles  sont la preuve de  l'origine judo-chrétienne de notre société et de  son évolution dans le temps. Au delà  du témoignage culturel, ces croix  sont  avant tout des oeuvres  artistiques qui   participent à la richesse patrimoniale  de notre village. Force  est de  constater que ces éléments de richesse ne  sont pas mis  en valeur, actuellement, loin sans faux. Nettoyons les abords, plantons quelques fleurs vivaces, donnons des signes de respect  de ces stèles, reliques d'un passé  qui   nous a forgé. A ne pas vouloir maintenir ces témoins de notre société, nous allons tout simplement laisser une place libre à d'autres valeurs que celles que nos ancêtres ont peiné à instaurer. 

Les amis du Rhône

Les  membres  constituants le staff  se  sont réunis dernièrement   pour élire un bureau. Une réunion  est prévue  vendredi 5 février à  17h00 au foyer pour la présentation de ce  dit bureau. Les  bruits de  rue nous laissent entendre des noms et des postes: Jean-Pierre Balme,  président; Gérard  Cauquil, vice-président; Sylvie Machnicki, secrétaire; M. Defougère, trésorier; Astride Stil, vice trésorière et Mme Defougère, vice secrétaire.

Au delà  des noms, le plus  important sont les projets proposés par cette  nouvelle  équipe.

Travaux  de sécurité routière dans le village

Les travaux  sont maintenant  terminés, mais tout le monde  a  pu les remarquer ces dernières semaines. Ceux-ci  consistaient à la création de deux dos  d'ânes" gendarmes couchés" afin de ralentir la vitesse des véhicules dans  cette  rue longue  et rectiligne.

Un autre dos d'âne a été  érigé rue  de l'église à la demande de  riverains pour ralentir  la vitesse  des véhicules dans cette rue  très étroite.

Travaux  d'assainissement

 

Sam 2725

 

Mise en place d'un égout central, rue de L'androune, afin d' évacuer l'eau  stagnante  secondaires aux  pluies .

Bonne initiative...

Bonne initiative prise par la municipalité  en installant des caches container poubelles aux abords de la salle polyvallente. Cette initiative, au delà de l'aspect  esthétique diminura sensiblement la présence  d'ordure  à proximité  surtout par grand mistral.

 

 

 

 

 

 

Sam 2718

Yvan Fabregoule est parti...

 

Les mots  manquent pour  exprimer le vide  laissé par  son départ. Retraité  très actif, Yvan aimait travailler la terre, la vigne, être à l'air. Loin d'être une  contrainte, ces activités étaient pour  lui une  source, l'essence même de sa vie. 

"La scène bagnolaise" pour un après midi théatral

La programmation  d'une  telle séance par un après midi plus que  printanier, n'a  sûrement pas  permis aux  organisateurs  de remplir la salle polyvalente. En effet une  quarantaine de spectateurs seulement avait répondu à l'invitation faite par le comité  des fêtes, organisateur. Pour sa première manifestation organisée en 2016, ce  dernier  a été victime sans  aucun doute  d'un printemps  trop précoce, car  la qualité  et la renommée de " la scène  bagnolaise" dirigée par Jean Locatelli  aurait du faire salle  comble .

 

Sam 2721

 

 

Sam 2722

Loto  des heures d'amitié

 

 

 

Le 14 février, l'assocation "les heures d'amitié" a organisé  son loto annuel à 14h  à la salle polyvalente  du village. Les amateurs, les fans  du loto , mais aussi ceux dont la présence n'était motivée  que par l'envie de faire  vivre les associations du village, étaient  venus en nombre mais pas aussi  nombreux que l'année passée.

Malgrè tout, à l'issue de cet après midi récréatif, tous les acteurs présents, joueurs  et organisateurs  semblaient  ravis.

 Ne pas  oublier :

- le couscous de" Chez Rozy" le jeudi 18 février

- les repas à thème   de Sybille le  jeudi à "la petite Hutte"

http://www.lapetitehutte.fr

Dernières minutes:

Les amis du Rhône organisent tous les vendredis, dès le  26 février, une marche pédestre. Rendez-vous est donné au  foyer dès 14h.

Randonnee pedestre 1

 

http://www.loomji.fr/codolet-30084/

21 votes. Moyenne 4.62 sur 5.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Date de dernière mise à jour : 10/04/2016

×