Numéro 41: septembre 2018

Capture d ecran 45

 

 

 

Dsc00561

 

 

 

A chacun sa rentrée     

La rentrée approche. Certains l’attendent avec impatience, d’autres avec angoisse ou tristesse. Cet acte marque à la fois la fin d’un cycle  et le début d’un autre, un peu comme la fin d’une année calendaire.

Certains vont reprendre le chemin de l’apprentissage, d’autres celui du travail et d’autres encore reprendre le cheminement  d’une retraite tranquille.

................................

La rentrée, cette année, fleure précocement d’effluves légers de jus de raisins qu’accompagne  le bourdonnement des moteurs des premières vendangeuses. Les premiers blancs sont à point et les viticulteurs se préparent à récolter le fruit de leur travail.

Ces émanations et ce début d’activité dans les vignes, nous font penser avec nostalgie aux vendanges d’avant. A cette époque, le village s’animait, alors, par l’arrivée  d’ouvriers espagnols volubiles, logés  chez M. Bergeon Gérard, M. Herault Raymond, M. Berne Jean donnant aux soirées codolétiennes un caractère ibérique.( quelques ouvriers marocains chez M.Rivier)

Dormir, manger, travailler ensemble, se retrouver le soir pour la « fiesta » étaient le quotidien de ces hommes   

Les soirées festives bien arrosées n’empêchaient pas les vendangeurs d’être à pied d’œuvre dès potron-minet. Les vignes résonnaient, alors, très tôt des cliquetis des sécateurs, de rires, de chansons grivoises et plaisanteries un peu lestes pour le plus grand plaisir du groupe.

L'affaire était rondement menée et s'achevait, comme par hasard, à l'heure de l'apéritif…sans oublié avant une autre tradition fort prisée, la pause casse-croûte, il va s’en dire bien arrosée, qui faisait oublier les courbatures des premières heures.

Les vendanges étaient alors un moment festif, convivial qui permettait de supporter la pénibilité du travail.

En un demi-siècle, la récolte des raisins a bien changé. Avec l’arrivée de la vendangeuse et une législation de plus en plus draconienne, de nombreux viticulteurs ont abandonné la tradition. L’ambiance propre aux vendanges se perd, alors, dans le village et les soirées festives entre vendangeurs et la convivialité en pâtissent forcément…

Le progrès techniques  a déshumanisé les vendanges ne lui conférant que le seul caractère de contrainte.

Le temps a passé mais nos  anciens vignerons exultent encore à la seule évocation de ces vendanges à jamais révolue.

Pourtant, certains n’ont pas renoncé aux vendanges à l’ancienne. C’est le cas de la cave du Chevalier Brigand. Dans le discours de ses propriétaires, pas d’aversion pour l’outillage sophistiqué mais une préférence affichée pour la dimension culturelle et humaine des vendanges. Jean Michel et Fabrice Saut comptent désormais parmi les exceptions et assument allègrement la surcharge de travail que génère la récolte traditionnelle.

 

Codolet cave chevalier brigand

 

Comme pour faire honneur à ceux  qui perpétuent à contre-courant de l'évolution technologique et des moeurs, les vestiges d'un passé qui nous a façonné, je vous propose de relire un article du 21 octobre 2013, écrit à l'époque en tant que correspondant local Midi Libre.  

 

"La cave du Chevalier Brigand, un vrai repère de tradition"

 

Alors que nous discutons, tout dans le chai montre que la cave est encore en effervescence. L'odeur du raisin écrasé nous envahit dès l'entrée ne laissant rien ignorer de l’événement annuel que l'on vient de célébrer: les vendanges.
La Cave du Chevalier Brigand est une institution familiale tenue de père en fils depuis 1734, date à laquelle l’aïeul François Saut décide de s’implanter à Codolet. C’est donc depuis cette date que la famille Saut s’est investie dans la viticulture, affinant durant toutes ces années le choix des cépage au terroir, leur technique de vinification. Il y a quelque temps, le père, Jean Marie Saut, transmettait à son tour à ses deux fils l’héritage ancestral auquel il a su ajouter sa petite touche personnelle contribuant ainsi dans le respect de la philosophie familiale à perpétuer l’amour du bon vin. 

La cave actuelle est, donc, l'héritage d'un terroir, le résultat d'une transmission de savoir-faire et de savoir cognitif engrangés durant plusieurs générations donnant à ce jour une production viticole particulière et pertinente. 
La particularité de cette institution réside dans l'esprit familial : bien sûr, on y travaille en famille et on y sent bien l’empreinte patriarcale mais on y a, surtout, le cœur à défendre les concepts, les process, et surtout le vin, le vrai imprégné de la saveur du terroir familial et élaboré avec amour. On y parle du vin avec respect comme si c'était un membre de la famille.
La particularité de cette cave est de garder le côté convivial des vendanges, en maintenant celles-ci manuelles. C'est ainsi, que tous les ans, une vingtaine d'habitués vient porter mains fortes à la famille Saut, garantissant le respect des impératifs d'une cueillette de qualité. Cette méthode, en dehors de l’esprit humaniste, permet de produire des vins de qualité, dans la mesure où elle rend possible de sélectionner les grappes. Dans les vignes du domaine, les éclats de voix et les cliquetis des sécateurs remplacent le ronronnement du moteur des vendangeuses perpétuant ainsi l'image pittoresque et traditionnelle des vendanges et faisant de cette récolte du fruit de toute une année de labeur, un instant de solidarité et d'allégresse.
La singularité de cette cave réside dans le choix des cépages et de leur implantation en symbiose avec ses différents terroirs. Celle -ci ne fait pas de blanc considérant que ses terres ne sont pas adaptées à ce type de cépage. 

La pertinence de cette entité viticole demeure, face aux coopératives, de proposer un choix complémentaire aux consommateurs en terme de goût, d'alchimie des associations, mais surtout une autre façon d'être dans un rapport plus intime entre le vin et le viticulteur. Les vendanges terminées, laissons ces gardiens de tradition renouer avec un savoir familiale ancestral transformant le jus de raisin en boisson noble. Les amateurs de bon vin pourront déjà apprécier le résultat de cette métamorphose dès le 3 ème jeudi de novembre. (Midi libre 21 octobre 2013)

 

 

 

 

Evénements du mois 

 

♦ Le 1er septembre: les CodolympiquesRésultat de recherche d'images pour "pancarte annulé"

Faute d'inscription, cette 3ème édition est annulée. La soirée spectacle  qui devait clore cette manifestation sera reportée au mois de janvier.

 

Le 3 septembre: rentrée scolaire 

♦ Le 8 septembre:  sortie aux Saintes Maries de la Mer des aînés organisée par le CCAS: départ à 8h00 sur le parking du stade . Retour  vers 18h à Codolet.

 Le jeudi 27 septembre: sortie proposée par les Amis du Rhône pour visiter la savonnerie le Serail à Marseille. Renseignements:

                  - JY Desfougères au 06.21.8.47.68

                                                      - A. Still au 06.79.39.95.16

                                                      - J. Tavan au 04.66.90.17.98

 

Le jeudi 27 septembre: réunion publique animée par la gendarmerie nationale à 18h30 à la salle polyvalente.

http://www.codolet.fr/fr/evenement/165863/reunion-publique

 

 

 Résultat de recherche d'images pour "panneau attention animation"

 

Reprise  du couscous mensuel "chez Rozy" dès le jeudi 20 septembre. A la demande  de certains codolétiens, Rozy, remet à ses menus le couscous, le 3ème jeudi du mois.

 

 

 

Le problème de parking persiste 

 

Dsc01146

Le stationnement à Codolet, un problème  sur lequel les élus doivent se pencher.

Après avoir  combattu les comportements d’incivilité de la rue de la Magnanerie en installant, en décembre 2017, des barrières pour  empêcher le stationnement sauvage sur les trottoirs, la municipalité pensait avoir réglé ce problème. Or ces contraintes n’ont fait que déplacer ces comportements illicites. Il n’est pas rare de voir maintenant  des stationnements le long du trottoir réduisant la voie de passage ou alors  sur les bateaux gênant le passage des piétons.

La persistance de ces comportements illicites révèle toutefois un problème réel  de place de stationnement, surtout le week-end sur la place Marcel Pagnol poussant l’automobiliste à se mettre en faute.

 

Mémoire de codolètien : 8 et 9 septembre 2002.

 

Capture d ecran 10

Le 9 septembre 2002, notre village était victime d’une déferlante qui s'abattait sur le Gard les 8 et 9 septembre 2002. Des inondations dramatiques. Bilan: 22 morts, 299 communes du département sur 353 sinistrées et plus de 830 millions d'euros de dégâts.

Codolet a lui aussi été fortement touché, heureusement sans victime humaine. La montée brutale de la Cèze ayant eu lieu de jour, a évité les victimes potentielles dans les  maisons sans étage.

 

 

 

 

 

Bilan de la campagne de capture des chats errants 
 

 

 

 

 

Belle réalisation entachée ....

 

 

 

 

 

En route pour la saison 3...

 

 

 

 

 

 

 

Sortie camarguaise pour les aînés 

 

Ce samedi 8 septembre, ce n'est pas la fraîcheur du début de matinée qui a rebuté les quelques 75 aînés codolétiens à prendre le bus pour une journée bucolique  en Camargue. Cette sortie, orchestrée par  Karine Lacroze, adjointe, était organisée par le CCAS.

Deux axes principaux ont dessiné cette journée. Tout d'abord une halte champêtre à la Manade Cavollini au Mas de Pioch, située entre le château d'Avignon et les Saintes -Maries de la Mer. Les Codolétiens ont bénéficié alors d'une visite des lieux en charrette avec un apport très apprèciè par un gardian sur la vie de la manade, des manadiers, des taureaux et chevaux camarguais.

Après un  moment apprécié de convivialité à  partager une excellente  gardiannne de taureau, les Codolétiens ont repris le bus pour rejoindre le quai d'embarcation du bateau Tiki III afin de  découvrir la faune sauvage du Petit Rhône sur 6 kilomètres. A l'issue de cette promenade en bateau , ce fut le retour  sur Codolet, après une journée camarguaise apprècièe par tous. 

 

 

Images d'une journée en camargue

Permanences médicales  sur la commune 

 Maison des  associations: 

               •Dr Triola-Jardy, médecin généraliste. Permanence le jeudi sur rendez-vous de   9h30 à 12h. Tel: 04.66.89.29.33

           •Mme Michèle Pelletier, infirmière D.E.. Sur rendez-vous ou à domicile du lundi au  vendredi. Tel: 06.19.38.17.03

 A domicile:

        •M. Léon Ionut, masseur kinésithérapeute D.E.. Soins à domicile. Kinésithérapie fonctionnelle  et respiratoire. Tel: 06.26.07.75.14 

           •Mme Michèle Pelletier, infirmière D.E.. Sur rendez-vous ou à domicile du lundi au  vendredi. Tel: 06.19.38.17.03

 

 

Secrets du jardinier amateur  

https://www.jardinier-amateur.fr/jardiner-avec-la-lune.html

 

La vie de Lou coudoulet

La vie de  lou Coudoulet

 

Lou coudoulet dernieres nouvelles copie copie 3

Aujourd'hui

5 visiteurs - 11 pages vues

Total

8492 visiteurs - 29769 pages vues

Vous êtes le 8491ème visiteur

Info Codolet

Info. mairie Codolet

Horaires d'ouverture de la mairie:

- du lundi au mercredi de 8h30 à 12h - 13h30 à 17h30

- jeudi: 8h30 à 12h00 - 13h30  à 19h00

- vendredi: 8h30 à 12h00 - 13h30 à 17h30

Site officiel de Codolet:

http://www.codolet.fr/
 

Info.bibliothèque Codolet

 

Réouverture le mardi 4 septembre

 

Jours et heures d'ouverture:

- le mardi de 15h30 à 18h00

- le vendredi de 16h00à 19h00

 

Fier codolet

 

Codolet

Ciel dégagé 28 °C

Ciel dégagé

  • Min: 26 °C
  • Max: 28 °C
  • Vent: 11 kmh ?°

Info agglo / département

Logo agglo gard rhodanien hd 2137Site de la communauté d'agglomération du Gard rhodanien
 

 

 

http://www.gardrhodanien.com/

Résultat de recherche d'images pour "fete du jour"

 

 

http://fetedujour.fr/

 

 

 

Services de l'Etat enSite de la préfecture du Gard

http://www.gard.gouv.fr/

7 votes. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Date de dernière mise à jour : 15/09/2018

×